zapatosardientes

15 mai 2006

Butoh, le corps tout entier!

(Information: Ces textes sont une refonte totale d'articles anglais originaux que j'ai annotés, traduits et adaptés   - pour consulter les textes originaux, voir les liens notés plus bas-  Zapatosardientes)

^^^^

^^

Butoh est une danse exclusivement japonaise, puissante, remplie d'émotions et particulièrement photogénique.
Les danseurs en rouge sont Taizo and Tenmetsu, "Sekishoku-Suiseikan" (House of the Red Carpet). Ils se produisent parfois dans les rues de Shinjuku. Avec de la chance, on peut même les voir au théatre. Provocateur, au charme attachant et également "dérangeant".
L'auteur de la photo ci-dessous a vu trois fois Taizo and Tenmetsu. (ce petit texte est extrait de son site)

photos ou diaporama

^^^^
^^

Des détails sur cet art:

Butoh se démarque fortement du traditionnel et de toute tradition.
Intime ou spectaculaire, pacifique, violent, lent, frénétique; contrastes, ombre et lumière, transformations, émotions, cet art mèle improvisation et expression chorégraphique stylisée. "Un miroir qui fait fondre la crainte, le dévoilement de la vie intérieure"
"Nous devrions faire uniquement ce que nous devons faire maintenant. Pour les enfants, seul existe le présent. Ils n'ont pas peur. La crainte nous enveloppe dans un filet à maille fine. Nous devons enlever ce filet.
Pourquoi sommes-nous angoissés? Parce que nous sommes incapables d'accepter nos propres peurs!"(Hijikata)

Cet art est l'évocation d'un monde intemporel pré et post-existant à toute culture. Souvent traversé par une fascination affirmée envers l'absurde, le grotesque, la société pré-moderne.
On peut dire que cet art se déploie par lui-même résistant à tout type de définition bien précise, qu'il a actuellement largement franchi les frontières du Japon et qu'il se développe dans des voies que ses fondateurs n'auraient jamais imaginées ou prévues.

C'est un art qui ne laisse indifférents aucun de ceux qui le rencontrent, et peut même parvenir à les transformer.

-

Ses fondateurs

Kazuo Ono and Tatsumi Hijikata (1928-1986) sont ses fondateurs, rompus à la danse moderne Allemande et aux inspirations traditionnellement occidentales, ils recherchaient un moyen nouveau d'expression corporelle dansée en rapport avec le Japon, sans être typiquement japonais! Dans cette quête, ils ont en fait découvert quelque chose d'universel. Ni théatre, ni danse, cet art libère le corps, l'unifie à l'univers, abolit la frontière entre le danseur et son corps.

-

La performance de Tatsumi Hijikata and Yoshito Ono à Tokyo en 1959 fut immédiatement taxée de scandaleuse*: violente, sexuelle, irrationnelle,  effrayante, l'incarnation d'un cadavre se tenant droit sur la terre! Mourir pour vivre totalement!

*Les fondateurs sont convaincus que l'exploration d'interdits sexuels ou passionnels purge le corps de tout artifice, et transcende l'identité du sexe.
"il y a des poissons qui sont nés mâles, et qui éprouvent la dégénérescence de leurs organes masculins, ils finissent leur vie transformée en femelle.  Pendant sa vie, ce poisson éprouve une existence mâle puis une existence femelle... il y a là l'origine de l'humanité, lorsque les poissons ont habité la terre pour la première fois." (Ushio Amagatsu)

-

Le danseur:

Les yeux presque toujours clos et la face impersonnelle blanche contribuent à une certaine objectivité, nécessaire pour que le corps sioit le "médium" de forces cachées et sombres. Sankai-juku et d'autres y ajoutèrent le rasage du crâne.
On peut rencontrer les genoux pliés, et les jambes totalement arquées.

Les "jambes arquées" façon paysans du Nord du Japon (héritées du bandage, de la station dans des paniers au bord des champs - Comment lorsqu'on a gardé les jambes bandées à se trainer sur le sol peut-on se redresser?) équilibrer une tension extrême avec la carre externe des pieds permet au corps de "tenir au vent", dans cette posture ouverte, un danseur peut évoluer en toute forme élémentaire.

"Les jambes droites sont engendrées par un monde dominé par raison. Les jambes arquées proviennent d'un monde qui ne peut pas être exprimé par les mots"(Hijikata)

Hijikata lui-même

-

Une tentative de description du travail du danseur et du travail du spectateur, en dépit de ce qui fut dit plus haut au sujet de la difficulté à exprimer ce qu'est vraiment Butoh, peut-être en utilisant par exemple cet exemple:

habituellement, pour danser l'eau, je peux penser à tout ce qu'est l'eau dans sa matière, son mouvement, ses reflets, et élaborer intentionnellement la manière de le restituer corporellement ...
Là mon corps est l'eau, de l'intérieur, et puis c'est tout, ce qu'en perçoit le spectateur? ce qu'il veut, il se construit sa propre histoire!
La danse ne se situe pas dans l'espace, elle est l'espace! le danseur danse l'espace, il est espace et matière.
Je ne reste pas dans ma propre perspective, je suis l'instant, l'animal, la matière, l'objet, l'espace... morte à moi-même pour me redresser et m'offrir à la vie! être estropié, ne pas pouvoir tenir sur ses pieds, c'est la première étape de Butoh! Qu'est-ce qui vous appartient dans votre propre corps?

-

[NDLR zapatosardientes: Lorsqu'on a perdu la mémoire, de tout ce qui est déjà passé donc mort, alors des mots nouveaux, un monde infini surgissent, la porte de l'univers s'ouvre, et on peut relier tout à tout! Je suis heureuse d'être vivante, en VIE! OUI! envie/ retrouver mon corps et ses propres voix, voies, façons de réagir.../ courir avec un coeur d'aveugle.../ être capable également de construire et vivre une merveilleuse danse rien que par les yeux...] 

L'esprit conscient universel se manifeste donc à travers la danse bien que cette danse soit mouvement sans intention consciente et sans désir d'expression personnelle de l'Ego.

"Quand je danse mes mains ne sont pas des mains, mon visage n'est pas mon visage, mes pieds ne sont pas mes pieds. Mon corps fait partie de l'environnement. L'espace à l'intérieur de moi et l'espace autour de moi sont un et identique. Quand l'espace autour évolue (parce que la vie est changement) mon corps est également changé." (Susanna Åkerlund)

"Cette pierre existe, la mousse sur la pierre, les fissures, les cavités, les fourmis qui se promènent autour, le jeu de l'ombre et de la lumière prduit par le soleil qui frappe sa surface, Tout existe! c'est Butoh! "(Susanna Åkerlund)

"Plus vous essayerez de comprendre Butoh, moins vous y parviendrez, rien n'est plus beau et merveilleux que l'incompréhensible ou l'intangible!" (Min Tanaka)

Butoh atteint l'inconscient en effeuillant les couches de votre Ego superficiel qui bloque une claire vision de l'être.
"J'ai toujours dansé en cherchant à tâtons les racines de mes souffrances en déchirant ce qui semblait constituer mon harmonie superficielle. Lorsque quelque chose demeure caché dans notre subconscient, il est récupéré par notre corps à notre insu, mais déchiffrable dans le moindre détail de notre expression. Nous pouvons redécouvrir le temps et son élasticité, lorsque nous entrons en contact avec la mort. Butoh peut être trouvé de même, lorsque nous atteignons notre réalité interne cachée. Quelque chose peut en effet naître, vivre et mourir en un instant."(Hijikata)

"Il demeure toujours des blessures cachées, celles du coeur, et si vous savez les accepter et les supporter, vous découvrirez une douleur et unejoie qui est impossible à exprimer avec des mots. Vous atteindrez le royaume de la poésie que seulement le corps peut exprimer." (Kazuo Ohno)

^^^^
^^

Liens, sources, compléments

source de cet article/ paragraphe Butoh/: description de la danse, origines, photos, citations d'artistes (textes originaux en langue anglaise)

au sujet de Butoh 1
au sujet de Butoh 2
Butoh et surréalisme 1

Butoh et surréalisme 2

source photos (diaporama)

d'autres liens pour Butoh

Flesh+blood mystery theater (photos) /attention, certaines photos peuvent "impressionner"/
(troupe de théatre explorant la place du corps dans les rituels publics populaires et mythiques)

^^^^
^^

Renseignement sur ces textes: ils sont une synthèse et une refonte personnelle des textes originaux que j'ai traduits de l'anglais.
Pour les lire dans leur facture originale, cliquer sur tous les liens proposés.

^^^^
^^

Une vidéo pour compléter cet article

Posté par KNTHMH à 19:39 - Musiques et danses du monde - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    Coucou!!

    Super interessant cet article, je reviendrais le lire plus en détail. Perso j'aime beaucoup les danses très lentes, très codifiées des geishas.

    Ah et puis j'aime beaucoup aussi le petit effet de page que tu as rajouté à la bannière, bonne idée!!

    Bisous Danseuse je reviendrais vite te lire!

    Posté par Chris, 16 mai 2006 à 08:44
  • Je savais

    que ça te plairait, miss geisha!

    Au fait, j'ai beaucoup aimé le film: mémoire d'une geisha, beaucoup!

    Oui, le petit effet, j'ai essayé, avec, sans, mais ça faisait vraiment mieux avec.

    Merci d'être passée!

    Posté par Tahira, 16 mai 2006 à 09:35
  • Butoh

    Salut:

    j'ai aime l'article sur la danse butoh, je reviendrais lire plus, ça m'interesse la dasne butoh pour en faire mais suis en Argentine et il y a pas d'informations ici.

    bises
    Alisón

    Posté par alisón, 22 mars 2010 à 06:11

Poster un commentaire