zapatosardientes

07 mars 2007

Txalaparta - Avant le silence


ou ce format:

Pendant la projection, on perçoit les bruits ambiants, certains faibles bruits rappelant des frottements ou le choc répété d'un petit objet contre un autre
je n'ai pas voulu les supprimer de la bande sonore, c'était avant le silence...

(ces petits bruits sont issus du micro de ma caméra, pendant la captation des images pour leur retransmision simultanée, donc ils ont le même rythme que le mouvement de la caméra et ça fait partie de la prestation)

la musique est un mix de deux extraits de musique basque, morceaux de txalaparta: adagebi et oreka que l'on pourra trouver par exemple sur ce CD:  OREKA TX (quercus endorphina)

_______________

Txalaparta c'est koi?

"Txalaparta", c'est le son qu'on reproduit sur cet instrument si primitif et si moderne qui n'a même pas de nom : 4 épaisses planches de bois, de différentes essences, et sur lesquelles les musiciens, face à face, frappent de leurs bâtons.

Txalaparta, c'est aussi une onomatopée poétique qui évoque le galop du cheval.
C'est le rythme de base à partir duquel les musiciens vont pouvoir se livrer aux plus acrobatiques improvisations, le rythme sur lequel ils se retrouveront pour repartir vers de nouvelles escapades.
Son rythme est foncièrement celui du galop du cheval et le txalapartari tire la cadence initiale de ce rythme des battements de son cœur.
Plutôt que celui d'un cheval quelconque, txalaparta veut représenter le galop «du cheval» - c'est à dire du cheval-type

«Txalaparta», c'est l'écho d'un silence, silence rendu explicite : la solitude de la vallée soudain percée par le galop du cheval («zaldi») solitaire, le silence et la quiétude deviennent explicites.
Le cheval battant la terre de ses quatre pattes, deux «txalapartari» jouant le bois de leurs quatre bâtons : terre, bois et bête… les trois règnes de la nature recueillis en l'homme qui joue txalaparta.
L'instrument est femelle, mais son chant est mâle:
La verticalité frappant l'horizontalité ; le mouvement parcourant l'immobilité ; le mâle accouplant la femelle; la pluie désaltérant la sécheresse du sol; le temps gagnant de l'espace…: txalaparta.
Ttukun, ttukun, ttukun kun, kun ttukun… tturrukuttun

Txalaparta, c'est de l'improvisation. De la racine du vieux thème surgissent des chants nouveaux, toujours nouveaux et toujours uniques, les joueurs ne pouvant pas les répéter.

plus de détails et d'autres détails sur la txalaparta

vidéos et mp3 de txalaparta

Posté par KNTHMH à 20:20 - Musiques et danses du monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire