zapatosardientes

30 août 2012

Lexique termes flamenco

 

LEXIQUE:

 

Le garrotín est un palo (style) flamenco, son origine est située en Catalogne, dans les provinces de Tarragone et sutout de Lérida.

On considère que se sont les gitans de la province de Lérida qui ont inventé puis développé ce style flamenco.

Le garrotín est longtemps resté inconnu jusqu'au moment où Federico García Lorca, passionné de flamenco, les Gitans et la Catalogne, a exprimé l'intêret qu'il y avait à découvrir ce flamenco non-andalou.

Le garrotín fait partie des formes les plus anciennes de flamenco, il se chante aussi bien en catalan qu'en castillan, on le considère comme l'ancêtre de la rumba (catalane ou gitane).

source

*

La bulería est un des compás du flamenco.

La bulería est née avec l'accélération du compás de la Soleá, elle est apparue vers le milieu du XIXe siècle.

Le compas de la bulería est donc identique à celui de la Soleá et se décompose donc ainsi:

1-2-3 4-5-6 7-8 9-10 11-12

deux groupes de trois temps et trois groupes de deux temps.

La particularité du compás de bulería est que le premier temps du compás est le 12 et non le 1. Ce qui nous donne

12 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

La seconde grande particularité est que la conclusion des phrases rythmiques ou musicales se fera toujours sur le 10 (ou le 4 du "medio-compas").

Comme pour la Soleá, les temps forts sont les 3, 6, 8, 10, 12.

12 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

Une variante, très répandue, et faire glisser le temps fort du 6 vers le 7. En effet, tous les temps forts ne sont pas égaux, et marquer le 7, c'est accentuer la montée vers le 10.

12 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

Une autre particularité du compás de bulería est qu'il peut se marquer en 6 (et plus rarement en 3) Le compas en 6 :

6 1 2 3 4 5

Ce type de subdivision du compas en "medio-compas" est typique du style de Jerez de la Frontera. Il est souvent préféré au compas à 12 temps précédemment expliqué, pour sa grande souplesse. Ainsi, en accentuant fortement le 6 par un son sourd (pied), on obtiendra un "swing" permettant de chanter tout type de textes, sur tout type d'harmonie. Toutes les chansons sont transposables "por bulerias" en prenant un système rythmique à deux accents par compas: 6 (sourd) et 3 (clair), ce qui ressemble fortement à une mesure à 2 temps utilisée pour la plupart des chansons.

source

*

La rumba est à l'origine un genre musical, mais c'est aussi le nom donné à une danse de salon qui se danse sur des boléros. Il existe aussi la rumba flamenca et la rumba zaïroise ou congolaise.

La rumba naît à La Havane et Matanzas au milieu des années 1800 dans les milieux afro-cubains.
Le mot (dérivé de l'espagnol rumbo, en route...) désigne les fêtes nocturnes où on se rassemble (souvent dans les cours d'immeubles, les « solares ») pour chanter et danser.
C'est une musique faite de chants et de percussions, où le rythme qui démarre doucement va en s'accélérant.
Au tout début, on utilisait les tiroirs des armoires (cajónes) ou des cageots de morue, puis des congas.

Il en existe trois formes :

Columbia : La plus ancienne forme, dont le rythme est en 6/8. Serait née à Matanzas. Les textes parlent surtout du travail (café, canne à sucre...).

Yambú

Guaguancó (la plus populaire, dérivée du Yambú, issue de la Havane)

Rumba flamenca 
Au cours du XVIIIe siècle, la guaracha cubaine va être adoptée par les gitans de Séville en Espagne et au Portugal, et prendre le nom de rumba flamenca. Elle est avant tout une musique conviviale, peu compliquée (rythmique plutôt simple et répétitive plus solo) elle est idéale pour jouer à plusieurs, entre joueurs débutants et confirmés. Les Gipsy Kings en sont l'emblème, mais elle a été jouée aussi par de grands guitaristes flamenco comme Paco de Lucia (Río Ancho, Entre Dos Aguas) ou encore Paco Pena (La Lola).

Rumba catalane 
La naissance de la rumba catalana commence dans les rues du Raval de Barcelone avec des personnages tels que Orelles ou El Toqui. La rumba catalane est un dérivé de la rumba flamenca mais elle intègre des influences du son cubain et du mambo. Le plus important représentant de la tumba catalane, développée principalement à partir des années 60 est Peret, de son vrai nom Pedro Pubill Calaf, inventeur du ventilador. La rumba catalane mélange les ingrédients de la rumba flamenca, du son et du mambo mais également du rock. Parmi ses ambassadeurs les plus célèbres citons : Peret, Gato Perez ou Pescaílla...

C'est essentiellement une danse d'hommes au rythme rapide, chacun son tour montre son habileté aussitôt suivi par un autre qui essaiera de le surpasser.

source

*

La Seguiriya ou Siguiriya est un « palo » (style de chant) du flamenco. Il fait partie des chants de base regoupés sous le terme de «cante jondo». C'est un chant libre dont la structure rythmique est de douze temps, qui dans sa forme traditionnelle, se chante accompagné par un guitariste, mais on connait des versions a cappella sous sa forme primitive. Il dérive des chant a palo seco (voix seule), et est apparenté aux livianas et serranas, mais n'a pas de rapport avec la Séguédille qui est une danse andalouse, alors que la seguiriya ne se danse pas.

Le style des seguiriyas varie selon les régions d'Andalousie. Celles de de Triana sont les plus anciennes. Les thèmes de ces chants sont souvent tragiques.

Origine
On attribue l'invention de ce style au cantaor gitan du début du XIXe siècle, El Planeta, son disciple El Fillo fut l'un des chanteur les plus représentatif, il créa plusieurs Seguiriyas qui deviendront des classiques du cante flamenco.

Répertoires
Les répertoires de la seguiriya sont répartis selon leurs apparitions dans le territoire du cante jondo, qui comprend les provinces de Séville et de Cadix. Les seguiriyas de Triana sont les plus anciennes, suivent celles de Los Puertos, de Cadix, et de Jerez. Ces répertoires se développent à partir de la fin du XVIIIeme siècle jusqu'aux années 1940[1].

source

*

La sevillana est une danse populaire espagnole originaire de Séville, qui se danse à deux, à un ou plusieurs couples, en cercle ou en groupe.

Cette danse traduit à la fois l'approche, l'affrontement, la fuite et l'amour. Elle est exécutée sur une mélodie chantée.

Origines 
Les origines de la sévillane demeurent assez obscures. La sevillana est la danse traditionnelle, folklorique de Séville, mais comme c'est également un berceau du flamenco, les deux sont mélangés depuis longtemps. Toutefois, des influences se devinent, telles que la danse orientale ou extrême-orientale. Dès le XVIIe siècle apparaît une forme de danse, dérivée des chacona (chaconne) et zarabanda (sarabande) des XVe et XVIe siècles, très populaires à travers toute l'Espagne, la seguedilla. En Andalousie, elle prend le nom de seguedilla sevillana, puis de sevillana.

Actuellement, on peut la danser lors de ferias et/ou romerias en Espagne (Sevilla, Jerez, Barcelone ...) mais également dans le sud de la France (Arles, Nîmes, Dax, Mauguio ...) dans des casetas (tentes) réservées ou non à cet effet.

La danse
Les sévillanes se dansent par séries de quatre coplas (couplets) à la fin desquels le couple s'immobilise, un bras en l'air, avec une pose de quelques secondes. Cet arrêt, qu'il faut marquer nettement, s'appelle le bien parado (l'arrêt bien fait).

Chaque sévillane a une chorégraphie différente, de la plus simple à la plus difficile. Elles ont le nom de leurs positions chronologiques : primera, segunda, tercera et cuarta. Chaque sévillane est partagée en 3 parties correspondant aux trois strophes de chaque chanson, illustrées par des pas et des figures distincts. Quatre couplets sont exécutés à la suite ; entre chacun d'eux on marque un bref arrêt. Le final, est identique pour les 4 sévillanes.

Une légende veut attribuer à chacune des parties de cette danse une connotation romantique : la rencontre, la séduction, la dispute et la réconciliation. S'il y a quatre danse dans une sevillana, il y a aussi quatre raisons qui neutralisent cette pseudo-légende:

les couplets des premières sevillanas étaient au nombre de sept : quatre pour la danse populaire et trois pour la classique Bolera.
les couplets des premières sevillanas étaient écrits individuellements et traitaient de sujets très différents des uns des autres - Il étaient rassemblés par quatre pour pouvoir danser.Il faut attendre les compositeurs modernes pour trouver des sevillanas écritent avec un thème unique.
Il n'existe pas a ma connaissance de sevillanas composées de couplets traitant de ces thèmes dans cet ordre.
Un grande partie des sevillanas est Rociera. Même si elles ne parlent pas systématiquement de la Vierge (Virgen) elles s'y réfèrent très souvent- Vous vous voyer vous disputer avec la vierge?
C'est sans doute pour aider les jeunes danseurs (non hispanisant) à s'exprimer que cette dérive est née.

Le style 
Il est important de rejeter son buste en arrière, d'élever et d'arrondir les bras et de tourner les paumes des mains vers l'extérieur.

La sévillane est la danse même de la séduction : la femme avance, puis se dérobe, elle aguiche d'un pli relevé de sa jupe. Les corps se frôlent, ne se rencontrent pas ; ce sont les yeux qui jouent, les regards plantés l'un dans l'autre, et c'est seulement dans le dernier geste du bien parado qu'enfin la femme s'abandonne dans les bras de son danseur.

source

*

La Solea est un des palos (styles) de chant, de guitare, de rythme et de danse les plus important et fondamental du flamenco. Elle fait partie des cante jondo (Chants profonds). On retrouve le compás de la Soleá dans d'autres styles comme l'Alegrías, la Bulerías et même la Seguiriya.

En espagnol, "solea" est une contraction de "soledad", qui signifie "solitude". La solea se caractérise par un rythme lent et élastique, et par des textes de chant souvent dramatiques.

Le compás 
Le compas de base peut ce représenter comme ceci :

12/8 : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12

La distribution irrégulière des accents (3,6,8,10 et 12) permet d'interpréter les douze battements de différentes manières :

1 2 3 | 4 5 6 | 7 8 | 9 10 | 11 12 (2 groupes de 3 temps, et 3 groupes de 2 temps)
1 2 3 | 4 5 6 | 7 8 9 | 10 11 12 (4 groupes de 3 temps)

La guitare 
La soleá utilise toutes les techniques de guitare qu'on retrouve dans le flamenco :

Rasgueado
Arpèges
Picado
Tremolo
Alzapua
Golpes
Elle est habituellement jouée por arriba, mais il existe également des Soleás por medio. Le mode por arriba est basé sur le mode phrygien de Mi (le nom por arriba vient du fait que l'accord de premier degré est le mi majeur, pour lequel la main gauche et placée sur les cordes hautes).

Gamme de base :

Mi - Fa - Sol - La - Si - Do - Ré

La tierce est souvent relevée d'un demi-ton pour passer au mode phrygien majeur. Cela donne une sonorité « orientale » au flamenco :

Mi - Fa - Sol# - La - Si - Do - Ré

source

*

Le tango est l'un des palos du flamenco.

Cante dansable dont le berceau se trouve à Séville et Cadiz. Il n'y a aucun lien entre le tango flamenco et le tango argentin. Les tangos sont une création gitane qui avec la Siguiriya et la Solea font parti des chants fondamentaux de flamenco.
Quelques spécialistes du flamenco, donnent une origine arabe au Tango flamenco, en comparant son rythme monotone, lent et uniforme avec le rythme simple de quelques danses maures. Le tango flamenco pourrait être en fait un dérivé de la Solea.
Une autre interprétation voudrait que tango soit le tambour africain et qui serait à l'origine des tangos cubains, brésiliens, andalous et bien sur argentin
L'esthetique du tango flamenco peut être caractérisée par son orientalisme et par une sensualité marquée, très profonde.

source

*

FANDANGO
Le mot fandango existe au Portugal dès le début du XVI° siècle. Il est à rapprocher du vocable "fado" : destin - mais son origine musicale serait arabe.
Styles dérivés du fandango : la rondeña, la javera, les verdiales, les granainas et les malagueñas.
TARANTA
Dérivant du Fandango, elle fait partie des cantes del Levante, avec la Cartagenera, ou la mineras; chant de la mine et des mineurs orignaires de la région du port de Cartagène au sous sol riche. Il n'y a pas si longtemps encore, les conditions de travail, d'insécurité et de misère extrèmes ont donné à ce chant toute la tristesse de la poussière noire et de l'obscurité.

source

*

ALEGRIA
Elle appartient corps et âme à Cadiz. Elle parle du port, de la mer, des marins elle apporte avec elle les brises salées et le plaisir de vivre. Le mot alegria signifie 'joie' ou plutôt' allégresse'.
La alegria se reconnaît facilement à son début par sa préparation del cante ou le chanteur fredonne: tirititran tran-tran.

source

*

Zapateado nom masculin (espagnol zapata, soulier) Danse espagnole caractérisée par les martèlements rythmés des talons du danseur.

Le zapateado est une danse traditionnelle espagnole en 6/8, très rythmée et vive, exécutée pour démontrer l'agilité et l'habileté des pieds du danseur, notamment par des claquements de talons (taconeado).

 

 

En illustration, consulter cette playlist: http://www.youtube.com/playlist?list=PL751489B44B6D387A&feature=plcp

 

Posté par KNTHMH à 02:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire